Partagez

Duo…

Au bout des doigts
Se trouve sa voix…
Que serait le piano
Sans complice duo.

De belles touches
Inertes et sans vie,
Un solo dépourvu,
Un triste impromptu.

Nostalgique désir
En bémol et soupir,
Ô mains virtuoses,
Alliance en osmose.

De nos cordes sensibles,
Mots et mystère invisibles
Prendrons vie en musique
Au répertoire romantique.

Dès que la main se pose,
L’oeuvre se compose,
Emotion et sensations
En subtile interprétation.

Sous un effleurement agile,
Fougue ou instant gracile,
Ouverture, magie et féerie,
Se joue enfin la symphonie.

Sans les doigts du maestro,
Tel un opéra sans soprano,
Piano ne serait instrument,
Que seulement bel ornement.

Toi l’artiste, beau ténébreux,
Piano élégant et somptueux,
Sur toi, glissent mes mains
Sans elles, tu serais chagrin.

Récital, artifice et festival,
De notes graves et cristal,
Boléro sensuel, pas de deux,
Vibrant de flammes et de feu…

Pascale Mège-Monier
Illustration photo internet



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 12 votes