Partagez

Quand je sors pour une, bien lointaine excursion,
A travers les admirables dunes du sud,
Je tombe ébahi, étonné d’admiration,
Le cœur tout réchauffé, plein de gratitude.

Installé sur le tapis frais de la dune,
Bien étalé, de long, pour sentir la fraîcheur,
Bras et pieds tout distendus, sans gène aucune,
Le regard perdu, loin de tous bruits et rumeurs.

Un bâton, près de moi, ramené par le vent,
Me donna l’idée d’ébaucher de beaux dessins,
Puis, sont remontés les souvenirs émouvants,
De ceux, mauvais, que m’a fait croiser le destin.

Ils sont peu nombreux, ceux qui m’ont vraiment blessé,
Par leurs paroles, gestes ou mauvaises intentions,
Leurs noms surgirent, de façon bien spontanée,
Sur le sable, j’ai écrit doucement, leurs noms.

Ma mémoire me rend parfois des services,
D’oublier trop vite les mauvais souvenirs,
Ceux qui restent, préoccupation de jadis,
Ont eu leur temps, pour quelque peu, de s’adoucir.

Par contre, le souvenir de ceux, dans ma vie
Qui m’ont donné, joie, bonheur et bien soutenu
Il est là encré, en mémoire, bien tapis,
La générosité de leur cœur reconnue.

Je graverais sur une plaque en marbre,
Le nom de ces anges envoyés à moi, par Dieu,
Leur reconnaissance, exempte de palabres,
Si ce n’est, bien des prières pieuses, sur eux.

Quand je reviendrais là, visiter mes dunes,
Le vent aura fait disparaître mes écrits,
Avec eux, disparaîtra toute rancune
Éloignant de moi, méchanceté ou mépris.

Auteur. A.SALEMI. Le 11 Mai 2017.
Tous droits réservés.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 8 votes