Partagez

Édile politique, entêté par ton but,
Qui vas par tout chemin chercher l’applaudimètre :
Il relève d’autrui, de tous, que tu sois maitre
De ton propre destin sublimant un vain rut.

Tu serres chaque main, clés de bras en clef d’ut,
Tu cris dans le désert où tu chéris paraître
Quand la majorité voudrait ne plus en être,
Qui couvre l’horizon à l’ombre de son zut.

« Élu, sitôt guéri », dit, paraît-il l’adage,
Mais tu laisses alors tout éclater ta rage
D’avoir perdu cent fois avant de dominer !

On ne sort pas sans mal de ce sombre système,
L’Amérique a creusé ton rêve à te miner
D’être un seul au-dessus de tous et de toi-même.



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant