Partagez

Aujourd’hui il fait grand soleil, on est samedi
Et aujourd’hui c’est jour de fête
J’entends des cris, des rires, on applaudit
Ils attendent tous de me voir, la bête !
Je suis là, au milieu de la scène
Mais ce n’est pas pour mes beaux yeux que les gens viennent
Soudain cet homme si bien paré
Vient par sa cape me frôler
J’ai peur alors je fonce
J’ai peur de ses coups de ronces
Et ça me fait de plus en plus mal
Mais pourquoi tout ce monde l’acclame ?
Il continue à m’agiter sa cape et son épée
Suis-je pour lui, un simple trophée ?
J’ai peur alors j’attaque
J’ai peur de ses si longues piques
Qui transforme mes quelques gouttes de sang en flaque
Je me raccroche à ma vie, je m’agrippe
Je le regarde, j’aimerais qu’il ait pitié
Mais sur moi, il veut se déchainer
Maintenant je m’écroule en poussant un dernier soupir
Je souffre tellement que je voudrais rugir
Je me remets debout dans un dernier effort
Quand d’autres hommes rejoignent le matador
Ils m’affligent le coup de grâce
Me laissant agoniser sur la place
Quant à vous public, vous faîtes tous la ola
Pour ce spectacle que vous appelez corrida
Est-elle vraiment si jolie cette coutume
De voir un taureau mort sur le bitume ?



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes