Partagez

Elle n’est qu’un petit nuage
Qui passe, puis s’en va
Quand vient le soleil, se cache
On ne le voit point
Elle n’est qu’une feuille, qui tremble
Quand vient le printemps, elle devient rose, danse de joie
Elle est cette mendiante de l’amour
Qui patiente, attend son retour
Qui réchauffera son cœur, n’aura plus froid
Elle est le champ où se mélangent, fleurs et moissons
A la belle saison, savoure la vie
Avec ses rêves et ses passions
Narre ses romances et ses beaux chants
Elle est cette créature qui trébuche
Sur son chemin plein d’embuches
Va, solitaire, sans se retourner
Suit son parcours et sa destinée
Quoi qu’il en soit
Elle est ce qu’elle est, peu importe
Nuage ou rai
Dans son regard sourit la vie
Dans son sourire l’amour écrit
Elle est une femme
Qui exhibe la joie de vivre
Dans ses entrailles peines et blessures
Elle est cette femme
Qui immortalise sa mémoire tatouée
Dans des archives des souvenirs, enterrés
Elle est si riche de ces principes
Toute la sagesse dans ses pensées
Elle a versé tellement de larmes
Mais a gardé sa belle âme
Vit comme ces femmes
Qui dans les mots se refugient
Elle a des bleus, beaucoup de plaies qui restent ouvertes
Mais femme noble avec audace, étouffe sa plainte
Elle a de la classe et dans sa démarche, toute la grâce
Elle va et vient
Elle est nomade
De cœur à cœur
Avance sans peur
Elle a subit des tracas, vécu tous les plaisirs de la vie
Sans courber l’échine, sans se plier
Elle est de ces femmes
Qui restent debout
Malgré l’orage, cassent les tabous
Elle reste une de ces femmes, qu’on a un jour, tant désirées!
Boutiche Maissa, Alger, Algérie



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 60 votes