Partagez

Une langueur tenace s’empare de tout son être
Pensées troublées par ce questionnement sans fin
Verra-t-elle un jour enfin sa quiétude renaître ?
Est-elle condamnée à s’égarer en chemin ?

De liaison en liaison, elle joue les clandestines
De promesses en promesses, elle use sa patience
Elle s’égare, s’interroge, d’humeur chagrine
Pourquoi envers les hommes mariés, cette attirance ?

Elle sait au fond, qu’elle fait fausse route
Au début, fanfaronne, fait la belle
Puis, seule, délaissée, erre en plein doute

Elle perd le goût grisant de ces aventures
Marre de se cacher sans cesse, réalité cruelle
Tapies dans l’ombre, se ravivent ses blessures…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.88 sur 17 votes