Partagez

La solitude heureuse se déploie
C’est le pendant d’une mémoire grise
Que des souvenirs enfouis égrisent
Où l’âme labyrinthique se noie

L’on s’échine à extraire le bon suc
D’une pensée disparate mais pieuse
Quand bien même la vie n’est pas heureuse
L’on tient au beau, reniant le caduc

Être seul, c’est jouir de la plénitude
Dans la vacuité d’un monde grouillant
C’est déposer de beaux rubis brillants
Sur des rêves avec béatitude

Quand la solitude est creuse et stérile
L’amitié devient une panacée
Aux cœurs traumatisés et angoissés
Procurant chaleur aux âmes fébriles

Vivez pleinement votre solitude
La Nature vous invite toujours
A scruter le beau juste aux alentours
Afin d’éluder la décrépitude



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 6 votes