Partagez

Sur son lit de satin, dévêtue
Une main posée sur sa poitrine
Elle s’abandonne câline
Au plaisir de la luxure.

De grâce et d’harmonie
Sur ses épaules arrondies,
Ondule sa grise chevelure
Se dessine sa cambrure.

Le visage creusé par le temps,
Les yeux tatoués des amours d’antan,
A sonné l’heure du crépuscule.

Sur son lit de satin, dévêtue
Elle crie adieu sagesse
Accueille sa vieillesse.

Josette Gallou-Jouet
Le 17/07/2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.95 sur 19 votes