Partagez

Des empreintes parsemaient les approches de la mer
Soigneusement pressées puis soudain disparues !
Le sable empressé de ces pas éphémères,
A dépeintes les pentes si pleines de nos venues…

La marée vient baiser la surface de la Terre
Mille fois de ses lèvres caressantes et charnues.
Elle efface lentement nos amours et nos guerres,
Le temps vient à passer, posément mis à nu…

Chaque jour, mon amie, nous courons cette plage,
Rions, chantons, embrassons notre bonheur.
Ecrivons une pensée sur chacune des pages

Du livre de la vie, à la plume de nos cœurs…
Tant de fois sur les eaux reflétaient nos sourires…
Reçois-en aujourd’hui l’odorant souvenir.

Stephane MEURET
Copyright 2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 31 votes