Partagez

En chemin !

A l’ombre des grands chênes je m’en allais
La fraîcheur m’accompagnait sur le sentier
Il est bien tôt je sais mais il me faut oublier
Ce visage qui me hante, et je dois effacer !

Ces heures tant bénies qui sur nous ont versé
De longues rides de sagesse que je me refusais
Quand au fil du temps, nos tempes grisonnaient
J’allais portant sur mon dos, les erreurs du passé

Ces paroles insensées, et parfois mal menées
Qui t’avaient, au plus profond de toi, blessées
Une légère bise dans les branchages sifflait
Même le hululement du vieil hibou se taisait

Pendant des heures, j’errais sur l’herbe en rosée
Le ciel sur sa toile étendait des nuages en nuées
Tout là-haut une ribambelle de martinet s’amusait
Mais je n’avais point le cœur à les contempler !

Pour toi, sur le chemin, des pensées, je cueillerai
Pour toi, ce matin j’irai vers le pardon de l’orée
Car vois-tu, nos vies ne pourraient se débiner
Tandis que nous avions sur elles, tout miser !

Las, je ploie sous le poids du sac de ma lâcheté
Enfouies, bien en moi, gisent encore des vérités
Te promettre serait encore une mauvaise idée !
Pourtant vers toi, par ce chemin, je reviendrais

Bien des ondées auront effacer cette allée
Ces dalles de pierres que l’on empruntait
Pourtant l’espoir chaque jour repoussait
Telle l’herbe grasse quand revenait l’été

…/…

Thierry Titiyab Malet (le 4 août 2016)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.81 sur 21 votes