Partagez

Parmi les fluides, fluide en l’instant qui me tient
Me porte et, tout entier, me songe et me contient,
Immobile je suis au milieu de mes peurs,
Onde en ce corps étreint de ses émois trompeurs.

Et, vacillant objet que la conscience anime,
Roc aussi délavé que l’éther magnanime,
Aux trames de pensées je m’offre, en ablutions,
À l’éternité vague où sont mes dilutions.

En l’éphémère ego, passager de mon rêve
Aux battement d’un cœur où mon âme à sa grève,
Calligraphe des nues, je trace une arabesque.

En sa moire ma verve y esquisse une fresque
Et j’atteins l’horizon, en l’acmé du possible
Tel un archer frondeur ignorant de la cible.

décembre 2014

Poème inspiré par le cliché de Matthieu Dupont,reproduit ici avec son aimable autorisation

Présentation



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes