Partagez

J’aime le savoir grincheux,
Il me conforte dans mes idées,
Il est en forme et bien heureux,
Même s’il a l’air très attristé.

Nul doute qu’il devient vieux,
Il bougonne pour tout et rien,
Chaque jour un peu plus pieux,
Il s’endort très vite c’est bien.

Je deviens assez vieille aussi,
Je suis triste dans mon coin,
Tous les jours je lui souris,
Bien serré reste mon poing.

Il dit toujours vrai, j’ai tort,
J’étouffe dans la maison,
Alors je fais un tour dehors,
Je retrouve ainsi la raison.

Il a bien sûr de bons côtés,
Il refait souvent le monde,
Il est rapide dans ses pensées,
Ses idées sont très profondes.

Avec le temps j’en ris un peu,
De jour en jour je me résigne,
De fatigue je ferme les yeux,
J’écris, je me soulage, je signe.

Il a ce don de m’angoisser,
De me faire perdre l’assurance,
Qui me permet d’avancer,
C’est pas mon jour de chance.

Je sais j’ai de gros défauts,
Je ne suis qu’une petite femme,
J’ai les nerfs à fleur de peau,
En douce je verse des larmes.

Je mets de la crème sur mes joues,
Pour me donner un joli teint,
Cacher mes rides un avant-goût,
De la vieillesse pour demain.

Seul mon miroir donne son avis,
Il me donne plein d’entrain,
Dans son silence il me dit,
Crois en toi chaque matin.

Aime la vie comme elle vient,
Cesse ta marche funeste,
Regretter ne sert à rien,
Profite du temps qui te reste.

Je regarde l’homme en souriant,
Il ronchonne sans même me regarder,
Il se lève et marche en boitant,
Je suis lasse et ne cesse de rêver.

Patience, meilleur sera demain,
Un jour de plus c’est une chance,
Un jour on me donnera la main,
Avec entrain même en silence.

EN RIRE AVEC LE TEMPS © Copyright 2016 Sylvie Badi



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.36 sur 14 votes