Partagez

Solitaire et ravi, loin du monde lassé,
Déclamant au hasard des ballades insignes,
Le félibre musarde entre les pieds des vignes,
Comme en ses vieux rêves, réveillant son passé :

S’il noyait autrefois ses hantises amères
Au fond d’une coupe d’aimable vin racé,
Aujourd’hui apaisé, il absout ses chimères.

Promenant son regard sur cet océan vert,
Le poète badin savoure ce demi-vers :

« Qu’ils sont doux ces instants de plaisirs éphémères ! »

Jacques Dupé – Enchantement
image: desktopnexus.com



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.87 sur 8 votes