Partagez

Encore des larmes pour pleurer ton silence
Et d’autres pour solliciter ta patience
Que depuis quelques temps me donnent l’ivresse
De vivre tous les jours avec autant de stress

Je pleure ta venusité perdue
De mon coeur à tes jambes pendues
La quiddité de ton amour me fait peur
Me pousse à chercher à tout prix mon bonheur

Quand dans mon esprit le chaos surgi
Dans mon intérieur demeure la panique
Ta présence est mon parégorique
Que le mal ne peut troubler au grand merci

Encore d’autres larmes pour peser les mots
Que ma plume n’ayant plus d’encre sensible
paragraphe avant jamais qu’elle soit visible
Au grand et stérile monde apaisant de maux.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 4 votes