Partagez

Naufragés oubliés , île de Tromelin

Ils étaient une centaine
Partant pour une mort certaine
Vendus par les leurs
Marchant dans les pleurs
Attachés , fouettés , bafoués
Ils attendaient la prochaine marée
Puis le bateau s’éloigna
Et leur cœur se serra
Par une nuit d’orage
Le bateau fit naufrage
Engloutissant des blancs comme des noirs
Naufragés, blancs et noirs
Sur cette île maudite
Vécurent matins et soirs
La force de vivre , ils l’avaient tous
L’envie de partir, aussi
L’occasion fut bientôt saisie
Mais ne les concernât pas tous
Et les blancs partirent
Promettant aux noirs de revenir
Les jours , les mois , les années
Sur cette île maudite
Sans aucun espoir
Un seul blanc tint parole
Et se battît jours et nuits
Et se battît d’année en année
Pour qu’enfin , quinze ans plus tard
On revienne les chercher
Ils étaient une centaine
Il n’en restait plus qu’une huitaine

&GP / Mai 16 TTDR © P.Evelyne



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 4 votes