Partagez

Les heures de cristal ,
trop souvent s’emballent ;
et chaque jour s’empale ,
pour créer un passé ,
qu’on ne peut recomposer .
Chaque jour la montre ,
dans une inusable ronde ;
marque sur une horloge ,
le temps qui se dérobe .
On change d’habits ,
chaque jour de la vie ;
et puis on vieillit ,
au fil des nuits .
Chaque année qui passe ,
laisse des marques ,
des rides sur une glace ,
cicatrices qui lassent .
Quand déjà le train ,
d’un voyage sans fin ;
s’annonce au loin ,
la mort d’un humain .

André – Aligatorpoète – Pecquet .



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.87 sur 8 votes