Eté

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Pinterest
Share On Reddit
Contact us

Sur les vertes prairies ensoleillées,
Tendres caresses, charmants baisers,
Paroles d’amour aux mots déliés,
De ma vie je n’en ai profité.

Mais je voudrais m’en aller
Vers ces belles et harmonieuses contrées,
Ces beaux rivages à l’air tout embaumé,
Ces fleuves, lacs et mers aux reflets azurés ;

Pour désormais tout oublier :
Les souffrances de mon être méprisé,
Les tourments de mon âme affligé,
Les blessures de mon cœur martyrisé ;

Et pour ainsi me bercer
Sur les ondes de ces eaux enchantées,
Et me perdre enfin, lassé,
Au sein de ces flots innommés.


Donnez votre note:
Veuillez vous connecter pour voter: Connexion Facebook  Connexion Email
Note du public :
Aucun vote pour l'instant


A découvrir aussi sur le web:

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire vous devez être connecté: