Partagez

Par ces chaines englouties en or
Qui datent depuis la nuit des temps
Dans ce royaume perdu où se déclare ma mort
Au nom de ton parfum et ton amour ardent

J’ignore ce qui est écrit dans les étoiles
Ou même ce que me réserve mon destin
Ô ma lune hâlée qui me sert de toile
Ô déesse nocturne au goût séraphin

Qui me sert l’ambroisie et le nectar éternel
De ses seins et ses jardins sereins
Le vin du triomphe qui coule en elle
Et dans ce paradis , s’annonce ma fin .



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes