Partagez

Ah ! Que ne puis-je aller vers ces beaux rivages
D’Ionie, de Smyrne et ses doux ombrages !
Là, je m’abreuverai à la source du bonheur
Et le chant de la mer seul réconfortera mon cœur.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes