Partagez

Elle se réveille de son sommeil 

D’un geste, balaya ses mèches rebelles

Et blondes 

Qui se noyaient d’amour sur ses traits fins

Ajusta de ses doigts lestes, le nœud de papillon

De son léger déshabillé de dentelle

Ou deux Pyramides Majestueuses 

Etaient visibles sur sa poitrine 

Aux brunes mamelles, la tête au vent  

Délicate, gracieuse et si fragile 

Avec douceur elle déposait son pied à terre 

Un corps envoûtant  ou se dessine 

Toute une jeunesse et ses fervents, désirs

Les murs de sa chambre sont peints en rose

Et l’amour se noie sur ses joues roses

En ses yeux bleus et ses cils soyeux 

Chante la beauté et l’innocence des anges 

Les lèvres pourpres

Le teint vierge, sans maquillage

Le  cou long,  une source de vin

Coule de sa belle gorge

L’amour écrit, des rimes et proses

Dans la courbe de ses belles hanches

Son parfum enivre, embaume sa chambre

Et tout son corps parfumé à l’eau de rose 

Elle se dirige vers la fenêtre 

Avec son corps de belle Déesse

L’amour en baisers chauds sur les ilots

De sa peau laiteuse, peint et pose

Belle avec ses grands yeux bleus océan

Ses cils lancent en chaque battement 

Des  javelots et des lances

Sur les regards qui la courtisent, 

Osent et se posent

Devant sa fenêtre, elle accoste

Ouvre les persiennes en fredonnant à tue tête

Le soleil sur son corps, s’invite et fait la fête

Au bruit de verrou, tous les regards

A sa vue tressaillent et sursautent

Le cœur assoiffé n’a qu’un seul vœu

«  Ah si mes lèvres sur les siennes accostent

Je mourrai ivre dans ses baisers

Et de son amour, je serai prophète »  

Maissa Boutiche, Alger, Algérie



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.95 sur 874 votes