Partagez

Je viens t’aimer couvert de pleurs et d’ecchymoses,

Je rentre de croisade et c’est moi l’hérétique :

Le tombeau du Seigneur était vide et morose,

Montaigne en aurait fait son arrière-boutique.

.

Je viens t’aimer brûlant de fièvre et de plaisir,

Il n’est de grand soleil qu’à l’intérieur de nous,

Et par amour ultraviolent de Noir Désir,

Et par un souffle ardent comme un coup de grisou.

.

Je viens t’aimer privé de bure et de sandales ;

Marchant pieds nus de cathédrale en cathédrale :

Saints lupanars, bordels sacrés, augustes claques,

Ce n’est pas Dieu qui geint, ce sont les pieux qui craquent.

.

Seul à t’aimer, jaloux de l’ombre et des chimères,

Du crapaud d’un salon qui se permet tes reins,

Don Quichotte autrefois combattait des moulins,

Permets-moi aujourd’hui de m’en prendre à leurs frères !

.

Je viens t’aimer gavé d’absinthe et de bistouille,

Quand la raison vacille et que les yeux se brouillent,

Sans pour autant te perdre au milieu de la brume,

Comme un phare allumé dans son chausson d’écume.

.

Je viens t’aimer gourmand de chair et de douceur,

Savourer tes moments, croquer plus que ta pomme,

Me goberger de toi, raffoler de ta rose,

Sans jamais la soustraire au filet qui l’arrose.

.

Je viens t’aimer féru de Sartre et de Beauvoir,

Pour un peu de Montmartre et de Bateau-Lavoir :

Le cœur et la raison font amants philosophes,

Qui répondront toujours aux baisers de leurs strophes.

.

Assise entre mes mains, moins pesante que plume,

Rêvant confusément de marteau et d’enclume,

Je viens t’aimer, debout contre l’arbre et le mur 

Et prisonnier de toi plus fort qu’Excalibur.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5.19 sur 2181 votes