Partagez

Face à l’éternité du soleil levant, s’affronte le souvenir de ton corps brûlant, de ces heures de combat singulier aux rythmes de ton plaisir. Sur ta plaine profonde et ta vallée burlesque courait mon imagination ; des mots magiques s’éclipsant de ma bouche, m’amenant l’envie de renaître dans tes bras résonnent toujours dans mes entrailles.
N° ?

(Extrait POESIE 90 – Les reflets d’un cactus filiforme – BENHAM)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes