Partagez

Mon chat, un ventre sur pattes. Il ne pense qu’à manger.
Du matin jusqu’au soir, n’est jamais rassasié
Et je vais faire bondir ceux qui adorent les chats
Car le mien, il me saoule à miauler comme ça !

Bien sûr, il est câlin, il aime à ronronner
Mais il sort toutes ses griffes, dès que pelotonné
Il s’acharne sur moi, je ne lui ai rien fait
Tant pis pour les caresses ! c’est lui qui l’a cherché !

Je ne suis pas maso au point d’apprécier
Que ma peau, sous ses pattes, soit toute lacérée
Mais quand il me regarde de ses yeux implorants
Je cède encore au charme de ses ronronnements.

Puis, quand content de lui, il m’apporte ses proies
Souris, boyaux à l’air et mésanges aux abois
Ne peux que m’incliner, c’est un chasseur bien né.
Et contre sa nature on ne peux pas lutter.

Animal de compagnie, n’avais point désiré
Celui ci, soir d’hiver, est venu s’imposer
Et c’est dans ma maison qu’il voulait habiter
Miaulant jour et nuit, à ma fenêtre installé.

Chat baptisé Fanfan du prénom d’une amie
En visite le jour où il fut adopté.
La maison et ses maîtres, c’est lui qui a choisi.
La raison de son choix, il ne l’a pas donné.

Cela fait Quatre années qu’il a échoué ici.
Doit s’y trouver pas mal, n’est jamais reparti.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.87 sur 8 votes