Partagez

Fantastique ( mélange poésie et prose )

Je marche dans un chemin bucolique,
sous un soleil de plomb.
Le bleu lagon du ciel Magnifique.
Je prends une rasade d’eau fraîche, c’est bon.
Quel bonheur simple cette promenade.

La nature à perte de vu est belle.
Les roses ornées, couleurs sensuelles.
Je vois le prisme, tel un arc-en-ciel.
C’est excitant, ce flot de sensations.

Le vent du sud caresse mon visage.
Une pensée érotique me torture.
J’imagine un partage charnel,
avec la mer déchaînée, es-ce sage ?

Mes pensées futures vont vers toi mon ange.
Toi la source de mon corps assoiffé.
Je suis au ange, douce plénitude.
Elle me libère de mes bleus à l’âme.
Naît la flamme d’une imagination décoiffée.

Je continue ma lecture farfelu, du livre des illusions.

Puis, soudain, je déploie mes ailes.
Fantastique transformation en élévation.
Je suis devenue un oiseau préhistorique.
Survolant la grande bleue à la découverte du monde.
Oh mon voyage sera plein de rebondissements,
fait de douleur, de joie et d’amitié.

Lorsque du haut d’une falaise,
je vois des enfants une arme à la main,
livrés à eux-mêmes, ses gamins.
Un malaise me stupéfait d’effrois.
Leur sourire est effacé par un rictus agressif.
La déchéance, la précarité, et la guerre,
tue leur insouciance et leur innocence.
La mort dans un monde obscur, offensif.
Où sont passés les individus charismatiques ?
Orateurs d’un message de paix, pacifique.

Je reprends mon envol
et là, je me transforme en un avion gigantesque.
Puis, j’emmène ces gamins,
loin de toute cette violence et humiliation grotesque.
Plus de larmes sur leurs joues creuses,
plus de chagrin chevillé à l’âme.
Enfin, vient la délivrance de leurs souffrances.
Leur redonnant doucement, confiance l’avenir.

Soudain, mon corps reprend forme humaine.
Je suis entourée de bambins, riants, chantants, dansants.
Je suis là, bienveillante, comme une douce mamie,
attendrie devant tant de joie et d’émerveillement.
C’est avec bonheur et amour que je partage leur liberté.
Ma gentillesse va cicatriser leurs blessures.
Une promiscuité joyeuse nous unit.

Un martinet siffle un refrain d’amour pas ordinaire.
merveilleux, chant de paix pour l’humanité.
Entre moi et ce fou chantant, une amitié est née.
C’est avec passion que j’ai lu ce roman extraordinaire.
Je referme le livre avant que le marchand de sable ne passe.
Dans mon rêve, l’histoire continue, enchanteresse.
Comme si demain elle allait exister sur terre.
Entre l’imaginaire et le réel, le fantasme est futuriste.

Béatrice Montagnac



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes