Partagez

Dis moi,que sont devenus, tous ces soirs de fêtes

tous ces braves gens,qui chantaient gaiement à tue-tête

dans les bistrots, les tavernes,et les guinguettes.

Tu sais, le monde a bien changé

ainsi va la vie,tel qu’un défi

l’amour, le respect,et l’amitié

hélas se sont envolées en fumée.

Peux-tu me dire,toi mon ami

que sont devenues toutes ces femmes

qu’hier encore, chantaient la vie,de tout leurs cœurs, jusqu’au plus profond de leurs âmes.

Mais tout n’est plus à présent

qu’argent et désespoir

humiliations, fausses adresses sans espoirs

un combat fatal, et bien souvent inégal

sans armes, sans coeurs,et sans âmes.

Sur des chemins de fortune

ils auront en vain tant marché

croyant un jour décrocher la lune

serrées entre le marteau et l’enclume

dormant bien souvent au clair de Lune

sur de la pierre et du bitume

alors que d’autres

se prenant pour des rois et des apôtres

continuaient à compter leurs argent et leurs fortunes

entre un semblant de sourire

l’air narquois, sans rien dire

rebroussant chemin

pour éviter tous ces gestes de la mains et ces dires.

Que pourrai-je en conclure

dans ce bas monde,ingrat,et si dure

un monde qui se contredls à l’usure et se rassure

fausses adresses,et fausses écritures. 

Que restera-t-il en fin de compte

débit,crédit, ou solde de tout compte

des souvenirs, des mots en l’air pour ne rien dire

un monde qui s’apprête à s’éteindre et un jour à mourir.

Fausses adresses, et fausses écritures

un monde qui se contredis,et parfois se rassure.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5.1 sur 1791 votes