Partagez

Parfois secrète, elle cache son charme discret derrière un sourire coquin.

Parfois, sublime, elle  dévoile ses atours que des parures habillent mannequins.

Parfois, garçonne, sous sa casquette trop grande, transperce les âmes de ses yeux aiguisés, félins.

Parfois champêtre, elle danse avec la  grâce virevoltante d’un papillon câlin.

Souvent légère comme la plume, elle est toute de séduction.

Souvent féroce quand le mal l’agresse et le mâle s’abaisse.

Souvent clairvoyante quand son intelligence joue de ses finesses.

Souvent lucide, elle tolère pudique et  aime malgré, compassion..

Toujours lourd, la tête au rut plutôt que la patience tendre d’un instant roman.

Toujours penaud la première fois, il singe ses sentiments, s’oublie un instant..

Toujours amant, il aime le corps, adore la sensations,  l’âme après, seulement.

Lui, Éléphant dans un magasin de porcelaine, elle, abeille butine délicate, le pollen.

Lui, construit de forces et de défis, elle, bâtie de finesses et d’esprits.

Lui pauvre erre malhabile, albatros Baudelaire, s’en va la conquérir.

Elle, toute de féminité, toute de subtilités, tel Ronsard, cueille la rose,  

Elle est notre Nord, notre Sud, notre Est et notre Ouest,

Elle est aussi  l’oasis dans notre désert affectif, notre réveil poète.

Elle a le don de création, elle enfante les êtres, belles proses.

Pauvre semeur de graine, tel les lions solitaires de Namibie, les hommes cherchent,  trouvent souvent et  oublient parfois. Tant de différences, tant d’oppositions, tout nous sépare. Être égaux, sans doute en société, mais  non-sens en vérité. la loi de l’Évolution, la nature nous enjoint de se rejoindre. Le secret de notre bonheur est dans la complémentarité. La femme reste pour l’homme, l’énigme délicieuse de son histoire et la réciprocité demeure



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.44 sur 16 votes