Partagez

Sur le miroir du temps dans l’angle des lignes droites coupées, jnesquisse une silhouette enchaînée d’une âme en souffrance. Brisures parfaites d’un éclatement d’origine ! Ne me dis pas sue tu ne peux rien voir dans le reflet de ma flamme! Impossible ! Je suis en mille morceaux miroitant dans le fond de tes iris, fleur noyée dans ce lac de l’espérance ! Je suis femme, même ligotée, je danse dans le feu de ton regard lorsqu’il s’embrase pour une aspiration. Ne m’eteins pas, ne l’étouffe pas, ne m’écrase pas, car même si je suis éphémère bougie, ô homme, je suis ton ultimes « ESPOUR » !…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.25 sur 4 votes