Partagez

                                             Femmes coquelicots .

titre.jpg

Le décor est installé, dans la grande salle, le rideau gris bleu s’ouvre sur une immense houle poétique : Une longue tirade  pour un soutien contre les violences faites aux femmes !

Les premières notes soupirent au  piano

Pour toutes les femmes coquelicots

Mes cordes vocales vibrent en écho :

Je chante un requiem en mémento .

Je crie et j’écris pour notre planète contre toutes les formes de violence (l’homme, les animaux ,la nature ) . Sur ce palace flottant de poésies, la vague à gauche se casse . J’ai cette chance de vieillir bien entourée et de vous faire souvent rêver avec mes écritures. Croire en la société , à un jour meilleur … A un autre ailleurs avec du bon, du bien ! C’est nous qui façonnons notre ciel ici bas mais la respiration est -elle que certains ont du mal à expirer et étouffent ! Le plus grave, c’est qu’ils ne s’en vont pas tout seul , ils exigent, harcèlent, violentent et c’est le drame : une guerre invisible au sein d’une famille soit disant normale .

La fenêtre s’étale un beau matin dans tous les médias , la UNE est dramatique sur un couple dit parfait … Un traumatisme incurable pour les orphelins . Quatre femmes tuées des mains de leur conjoint en quatre mois, triste bilan …

separer-les-strophes-21.jpg

Femmes coquelicots dans leur purgatoire silencieux :

Un jour, peut-être, le monde autrement tournera

Un Eden où les rayons seront merveilleux…

L’ ailleurs d’après ! Après çà  , on  verra !


Notre grand Jean Ferrat a toujours raison

La Femme est l’avenir de l’homme .

De ma plume, je parsème sans abandon !

Dès l’aube, j’écris dans les pollens des arums …


Je suis dans une confrérie sur ce paquebot

A utiliser  les vagues, elles ont des voix

La houle océanique  crie encore plus haut

Femmes ! Ô Femmes, restez sur la voie !


La terre où l’homme a perdu sa réputation

On  vous bat,  vous blesse, vous tue : de la folie

Femmes  battues ! Résistez sans pardon !

Vous êtes beaucoup plus humaines que lui .


Celles qui ont des bleus autour des yeux

Celles qui ont des cicatrices jaunies, désséchées ,

Dans les prairies, soyez des bleuets joyeux !

Soyez des colchiques dans les prés !


Là-bas , les coquelicots écarlates et le blé mûr

Ici , coupe de cannes, les champs sont blanchis

Et vos conjoints les assombrissent de votre sang pur

Ils vous déshonorent car ils sont rouges de jalousie .


Du bateau , je brise  mes encriers pour vos peurs

Je soulage vos coeurs endoloris .

L’encre en union avec la mer en pleur

Sèche vos larmes sur un rivage d’esclavage aboli .


J’ai  cette chance d’écrire

Vous , Femmes qui ne le pouvez pas

Moi : votre prête-plume à coup de lyres

Et tous les criminels les punir .


Femmes ! Avenir de l’homme  !

Faîtes l’amour sans symptôme

N’utilisez pas le métronome

Refusez les syndromes !


En femme écrivaine, sobre ! Je suis bien trop âgée  :

J’ai la force d’ accoucher mes vers de soutien

Mes strophes sans péridurale. J’étais jeune,  j’ai aimé …

Et mes fils, ma bataille sont mes liens .


Femmes coquelicots de beauté épanouie,

Eruptive toujours volcanique ! Jouissez ! Enfantez !

Brûlez ce sang aigri sur vos pétales ! L’amour fleurit ,

Les enfants sont le futur de notre société !


Nous , les Femmes , nos poings de velours sont  unis.

Vous , les Hommes , soyez le soleil de nos corps  

Sans Vous , il n’y a pas non plus de vie

Que vos coups soient des caresses dedans dehors !

separer-les-strophes-22.jpg

Le rideau se referme sur ce mixage : la salle se vide des spectateurs . Aucun ne se retourne . Chacun imagine  la douleur de l’autre . Je m’asseois sur le pont !  Les flots tourbillonnent . Mon cœur est un désordre .  Mon alizé sèche mes lamentos pour préparer cet autre combat de partages contre la violence faite aux femmes .

fin-du-texte-2.jpg

LUCYE RAYE 22 juillet 2018



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.9 sur 291 votes