Partagez

Toujours sous le charme de sa grâce,
Le cœur désarmé, inefficace,
Évite craintivement la disgrâce,
Craint d’affronter son amour de face.

Incompris, je le fus pendant longtemps
Désarmé par son attrait factice,
Souffrant le supplice amèrement,
Buvant mon chagrin dans le calice

Le doute s’installa progressivement,
Son cœur et son corps s’éloignant de moi,
Elle n’a pu se retenir pour une fois,
Succombant à son désir trop pressant.

Mon amour que je croyais exclusif,
Son corps que je pensais moins défaillant,
Ont écorché ma fierté dans le vif,
Me laissant à mon sort et tourments.

L’espoir est d’oublier l’écart d’un jour,
Je l’adore fort, sans aucun remord.
Proche de mon cœur, j’attends son retour.
Je ne suis pas sûr qu’elle eu vraiment tort.

A.SALEMI. Le 28 Septembre 2016
Tous droits réservés.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 9 votes