Partagez

Le fil du temps passe par le chas d’une aiguille, et l’aiguille tisse le canevas de nos existences.
Imagine, mon amour, ce merveilleux drap blanc dont on déferait la maille, tirant le fil en l’une de ses extrémités, pour en tisser l’autre, à l’infini !
Lin éternel.
Vases communicants.
Drap de lit, filet à la maille si serrée, tissé pour piéger le temps.



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant