Partagez

File à tes lits

Caresses pleines d’amours et de bienveillances,
Remplies de bénédictions efficientes,
Telle est la fleur de tes lèvres souriantes, ardentes pour les avoir baisées,
Telle est l’arcade de tes sourcils auréolés de soleils,
Où je m’abrite le shag dans l’espoir d’épouser encore
Ton corps de rayonne fulgurant de la descendance du ciel
Et voir l’étendue de la mer c’est entrer dans ton regard.
C’est un coffret fabuleux, au milieu du grenier,
Rempli de ton esprit qui prend vie et s’ouvre aussi dedans ma tête,
En y trouvant des perles d’un nacre éperdu des Pirates du Souverain Bien
Et qui laissent s’échapper de douces lueurs, dans les cavernes de mon coeur
Des clartés issues de la voie sereine de nous faire de bien tendres bonheurs
Honneurs de nos touchers d’amours, des dons de souffle et de vie, de lumière, et de chaleur
N’es-tu point élue de mon âme toute passionnée de tes douceurs,
de tes charmes et de tes joies?
«Je t’aime», cette phrase qui résonne stupide dans les yeux des grands monétaires fabriquants en cuirs, boucheries et armes, et depuis les restes de ton dernier repas, tu me regardes et tu ne me l’as dite?
Est-ce que tu t’es trompée lorsque tu m’aimais, incarcérés comme nous étions, cobayes pharmaceutiques?
Il n’y a plus de place dans ma vie pour ce passé meanti tronqué truqué et harcelé diffamé.
Je veux bien te divertir sur les guitares ou les claviers
Mais de ma voix je ne saurais surmonter
L’opacité des murs sombres de la nuit
Pour que mes émotions se rendent jusqu’à toi
Et me libérer des poids outranciers
Des petits fraudeurs injustes
Qui s’appuient sur des meansonges à rêver pour gouverner
Et faire du mal pour un bien mal acquis.
Sur ce, oh ma tendre et douce épousée
Que ma lettre te soit honorée dans les honneurs les plus probables,
Naturels, simples et de grâce,
Universétée, étournétée, solidité inébranlable qui révèle verticale
Toute la pérennité de nos compréhensions harmonisées.

© 2016 Laval Chabo⊥



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant