Partagez

Les violons se sont tus,
Sur la grève sous la brume
S’étire le ciel confondu
Aux couleurs du rhume,
Les pas feutrés de l’aube
Enveloppent la ville
Sous la robe
De la passion fébrile,
Voile d’incertitude
Glisse au hasard
Brisant les habitudes
De ton regard,
Dans la brume des mystères
Tu te promènes
Lorsque moi j’erre
Espérant que tu m’emmènes !

Martine BES

Illustration internet



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.75 sur 55 votes