Partagez

Le fleuve, bien borné par ses deux rives,

Ronfle   paresseusement, dans son lit.

Rêvant  sûrement d’une dérive,                                 

Pour aller dans tous les sens, fuir  l’ennui.


Retenu  au centre, elles le surveillent.

Il  n’a  de choix que d’aller de l’avant.

Comme il fait doux, avec ce beau soleil,

Il peut encore somnoler un moment.


La rive de gauche  sonne la cloche,

Dès qu’une envie le prend de se débiner. 

La droite, dure et haute, telle la roche   

Obstrue toute issue à la liberté.


La pente l’invite avec  sourire,

A descendre, continuer son chemin,

Prendre une  pose aux lacs, sans plus courir,

Sous les yeux  attentifs de l’argousin.                           


L’ouragan  tel  un cheval de course,                                  

Lui coupe vite,  sa sieste estivale,                               

Le poussant à oublier  sa source,

A courir à sa vitesse optimale.                                   


Le lit, le vent  ainsi que la pente,                                      

Ne sont pour  la vie que des circonstances,                    

Avec l’âge s’ajoutent des tourmentes,                        

Qui nous éloignent de l’innocence.                   


L’être humain est lié tel  le fleuve ;

A  des rives fixes, sans autres choix,                  

Que d’affronter obstacles et épreuves,            

Libre, mais … limité  par règles et lois.                             


 A.SALEMI. Le 20 févier 2018.

 Tous droits réservés. 

 



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.97 sur 288 votes