Partagez

Quand le matin s’éclaire je lis de beaux poèmes,
Des sonnets somptuaires, des idylles enchantées,
Des strophes solitaires, des bouquets argentés,
Je savoure des vers à couronnes suprêmes.

Le jour est encore blême, la nuit va vers sa fin,
Le soleil perce à peine et la lune rutile,
Ma lampe est allumée et sur les ombres filent
Les écrits illuminés par des baladins.

Dans tout ce florilège il est une prière
Envoyée au fils par sa mère en oraison,
Digne d’une princesse, à tout je la préfère
Car elle ouvre pour moi de nouveaux horizons.

Dire quel est mon thème? Je ne saurais le faire…
Semble une cantilène toute en servitude
Soumise au néant et voilée d’un suaire;,
Elle reste une plainte avec mort pour prélude.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes