Partagez

Alors que brûle le dernier jour
Aux braises du soleil
Alors que la lumière
N’est plus qu’un souvenir,

Je me penche vers toi
Ô nuit qui m’émerveille.
Ton noir est si profond
Vers l’ultime septentrion…

Notre seule chandelle
Est un éclair de lune
Perdu dans les étoiles…
Et les éclairs divins
D’aurores boréales…

Notre soleil n’est plus
Le blanc immaculé
De désespoir, grisé,
N’est plus qu’un souvenir
Que les lueurs ignorent…
Le noir une tache obscure
Qu’une absente lueur féconde…
L’air est un fardeau de froid
Ce monde devient effroi…

Spitzberg, Svalbard, ultime noroît
Univers perdu au fin fond de là-bas
Ton bunker de l’apocalypse,
Au sein de tes entrailles gelées
Porte des semences d’amour
Prêtes à germer un jour,
Une nuit ou un soir,
Au sein du désespoir,
De la fin des temps.

Vers un nouvel espoir.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.75 sur 4 votes