Partagez

Frissons d’espoirs sur mes eaux troubles
Quand ta barque effleure ma plage
Vent de candeur à couper le souffle
Quand tes pieds frôlent mon rivage

Bruissement d’aile dans les vagues
Papillons doux voltigent en moi
Quand la marée de tes mots me drague
Quand murmure le son de ta voix

Ondoiement de lumière sur mes flots
Quand tes mains déposent caresses
Fragiles, graciles, comme arbrisseau
Mon corps s’empourpre de l’ivresse

Océan en agitation, formant écume
Quand tes lèvres comme plume
Dépose doux baisers sur mes dunes
La flamme brûle et se consume

Sur la grève deux corps enlacés
Saoulés par le plaisir aphrodisiaque
Berce leurs tendresses inachevées
Attendant le prochain ressac



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 11 votes