Partagez

FUNÉRAILLES DES SENTIMENTS

Aujourd’hui, c’est moi qui t’invite.
Toi, mon amour,
Vêts-toi ton beau costume de velours
Et odore-toi d’un parfum entêtant,
Je te veux glamour.

Je porterai ma robe noire
Du soie et dentelles
Et j’ornerai ma tête d’un chapeau
Rouge vermeil
En prenant dans ma main
Mon éventail
Je t’attendrai près du balcon
notre temple féerique.
Ce balcon qui a témoigné
Notre tendresse antique
là où tu me récitais
Des vers galants magiques.
Me fixant d’un œil angélique.
J’étais à tes yeux
une aimante Aphrodite

Je me perdais
Dans cette extase délirante

Aujourd’hui,
Je ne te suis qu’une ombre gênante

Je t’attendrai
Sous la lumière nocturne
Dans cette nuit
Que la lunaison illumine.
Je t’invite, toi, mon amant.
Et ce soir c’est moi l’échanson.

Ce soir, tu boiras le calice.
Tu geindras du supplice

Ce soir, tu es invité aux funérailles
De ces sentiments qui m’épuisent
Je t’ai préparé des rites luxueux
Je te veux toujours glorieux.

J’ai attisé un feu brûlant.
Ses flammes se perdent
Dans le ciel flamboyant
Un ciel rougeâtre, broussailleux,

La pleine lune,
Reine des cieux,
Réveillée de son sommeil profond
Assiste aux rites.
Elle est en engourdissement,
Et,
Des tambours résonnent
Un son assourdissant
Je tourne autour du feu
Je jette un par un ces sentiments
Je me réjouis, me guéris
Le feu s’agite

Tu t’écroules.
Hume la terre grillée
Tu vas l’apprécier !

Moi, gracieuse,
Je te jette mon chapeau
Couleur de ce feu crépitant.
Et je reprends mon chemin.
Sourire moqueur
 » du recueil: un esprit loup me hante « 



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.33 sur 3 votes