Partagez

A ma grand-mère ( poème retrouvé corrigé et modifié )
Elle m’a donné tant d’amour,
que j’entends encore
sa douce voix caressant les mots,
comme un doux chant d’oiseau.
Ces yeux bleus étaient rieurs,
comme un ciel de printemps lumineux
sur un sourire de tendresse,
pourtant parfois, elle avait des bleus à l’âme,
qu’elle cachait bien sous son doux visage.

Je n’étais qu’une enfant pour comprendre
que son chemin de vie avait été semé d’épines.
Je me souviens de ces confitures,
qu’elle confectionnait avec tendresse
et qui embaumaient la maison
d’un parfum de fruit et d’amour sucré.
Ma préférée était celle à la tomate verte,
je la regardais avec envie,
hum!.. Parfois, en cachette, je la dévorais.

Elle s’apercevait bien,
que la gamine était passée par là
et la punition ne tardait pas
à pointer le bout de son nez.
c’était à chaque fois partie remise.
Je me rappelle mes cueillettes de mures,
qui coloraient mes mains d’encre noire
et tachaient mon visage.
Elle me souriait, mais son regard en disait long,
– toi, tu as encore fait la gourmande dit?
je rougissais, petite fille prise en faute.
Oh ce n’était pas un drame,
juste un plaisir d’enfant.
que les grands, prenaient trop au sérieux.

Je partais jouer dans le jardin
pendant qu’elle donnait à manger aux poules.
La vie à la campagne était simple,
faite de rires, de joies, de larmes aussi
que ma mamie, d’une main
de fée essuyait et je souriais.
Je me souviens d’un moment inoubliable et drôle.
Je faisais mes premiers apprentissages sur la petite reine!
Un virage pris trop vite et hop
je dévalais la pente à toute allure
et tombais dans un buisson d’orties!
ça grattait vachement.
Franchement, ma mémère n’ était pas contente.
Qu’a t-elle encore fait la drôlesse?, disait-elle.

Mais après l’orage, un bon massage de tendresse.
Mon cœur est rempli d’amour pour ma grand-maman.
Elle me manque aujourd’hui.
Elle est dans l’écrin de mon âme,
une des plus belle femme de ma vie.
Béatrice Montagnac



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant