Partagez

L’ombrage du vieux figuier

Rime à ta danse dans les airs

Son feuillage à tes plumes pers

Où se marie ton esquise chiadée.

Les cieux dans tes yeux pourpres

Suffisent à embellir mon printemps

Quand souffle mon coeur saillant

Après une longue année d’hiver âpre.

Tes velléités semblent si sincères

Tes truchements, une parfaite rengaine

Quand nous deux seuls dans la plaine

Sautons au gré d’un instant de bonheur.

Ecrits de Ludovic BEKOU (Outsider)

Tous droits réservés.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.25 sur 8 votes