Partagez

Suite aux événements du 13 novembre 2015 à Paris,
de ceux d’avant et après.

Poème ouvert
Hommage aux victimes innocentes

Ma chair est touchée, de mille feux, elle luit,
Mon cœur s’épouvante, se confond à la nuit,
Mon esprit se désespère, s’abandonne, bruit, *
Ma raison s’effondre, mon sang est répandu,
Mon âme chancelle et s’évapore dans la rue,
Elle s’élève au ciel et disparaît dans les nues.

Découvrez dans les guerres du passé
Des exemples de tueries, d’extrémités,
Qui n’ont engendré que des atrocités,
Qui peuvent, vous inspirer pour obtenir
Au présent, l’idée de ne pas reproduire
Les mêmes fautes et erreurs à l’avenir.
.
Ne recherchons pas la vengeance
Qui est une escalade de violences,
Qui occasionne de la souffrance,
Mais cherchons, trouvons la paix
Qui est une colombe de bienfaits,
Qui détient en ses ailes le respect.

®Copyright © Jim Eden

*Pour bruit, première strophe, fin de troisième rime, il s’agit bien là du verbe : bruire.

(Une pensée affective à Pablo Picasso et sa colombe de la paix.)

J’aurais préféré (vous en comprendrez aisément les raisons) ne pas écrire ce poème, mais comme beaucoup de gens, j’ai été touché par cette tragédie, puis est survenu le 14 juillet 2016 à Nice, alors je me suis dit qu’il existait, il existerait et il avait existé encore bien d’autres victimes de barbaries et de guerres dans le monde, que malheureusement ce poème se voulait universel, était intemporel.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 8 votes