Partagez

De mains en mains
De bouche en bouche
Sa robe danse
C’est une maîtresse arrogante
Tu la baises à la louche
Jusqu’à ce que
Tu bottes en touche
Sans élégance
Je ne peux pas rivaliser
Quand elle te prend dans ses reflets
Il fût un temps pourtant
Où je te suffisais

D’âpre saveur
De corps charnu
Elle scintille
C’est une rivale insolente
Tu la goûtes en secret
Jusqu’à ce que
Tu perdes pieds
Dans l’indécence
Je ne peux pas rivaliser
Quand elle te prend dans ses fragrances
Il fût un temps pourtant
Je savais t’ennivrer

De cette ivresse
Et de l’oubli
De cette rose
A l’eau de vie
De cette saillie meurtrière
Il ne te restera qu’hier
Qu’as-tu fait de nos tristes vies
Vendues au vin comme aux enchères
Mon amour mis à terre
Pour quelques verres de plus
Je ne peux pas rivaliser
Quand c’est à l’alcool que tu penses
Il fût un temps pourtant
Où je te suffisais



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.95 sur 19 votes