Partagez

Il fut un temps

où les soirs de fêtes, avaient toutes leurs importances

où l’amour, prenait le pas sur la distance

mais à présent, où-est-il ce temps

quand j’y-songe et j’y-pense.

Il fut un temps

où j’aimai bien revêtir mon costume du dimanche

ce temps où j’y-croyai encore,à mon étoile, et a la chance.

Mais qu’est-il devenu ce temps?

pourra -t-il un jour,refaire surface

sans que j’y-pense,sans que je m’en fasse.

Bien souvent quand j’y-pense

englouti entre ma solitude, et mon silence

laissant mon âme, en errance

dans ce monde de haine et de mensonges

je me demande à présent

qu’est-il -devenu ce temps

où on aimait avec fougue et passion.

A présent, et face à mon miroir

je me dévisage, faisant semblant d’y-croire

que ce temps,qui me fuit à présent

n’est peut-être que rêve et illusion.

Il fût un temps

où l’on aimait comme un enfant

en toute innocence

deux cœurs, menant le bal en cadence

se fiant à la chance,et à la providence

sans se soucier de la distance.

Il fût un temps

où l’amour avait sa toute sa valeur

mais qu’est-devenu ce temps

face à de faux enfants de choeur

un monde de souffrance,sans foi,et sans pudeur.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5.24 sur 1153 votes