Partagez

La nuit est longue.
Le cœur rempli se réveille
Agité, il a perdu sommeil.
Il lâche errer sa langue.

Cette nuit de novembre
Où il pleut sur les toits,
Il pleut aussi mais sans voix
Dans mon cœur livide et sombre.

En lui coule l’amertume
D’une existence pas commune.
Dormir tel un bohemien sous la lune
Sa préférée coutume !

Mais voilà que les nuages
Et cet interminable orage
L’ont séparé de sa compagne charmante.
Cette blonde rayonnante.

À qui se confiera t’il cette nuit ?
Son volcan de peines s’est réveillé !
Qui soignera son âme rouillée ?
Personne ! …. Il laisse venir l’oubli.

Il attendra sa maitresse.
Entamera sa vie hivernale.
Poèmes, gémissements et râles,
Jusqu’au retour de sa princesse.

Il pleut sur les forêts, sur les plaines.
Sur les âmes tourmentées et sereines.
Sur les terres arides et pleines.
Et il pleut dans mon cœur des peines.

Amazigh Dré. 11/11/2017
Tous droits réservés.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes