Partagez

Il s’attachait à la paille de la vie

Il s’attachait à la paille de la vie

Il ne voulait pas perdre la belle

Mélodie de l’espoir, il envoyait des ondes

Positives à son âme.

Lors de la communication avec l’ami poète,

Il s’exprimait avec une amertume,

La silhouette du silence

Etait là, couvait l’espace vide de ses tristes ondes.

Il s’attachait à la paille de la vie

Il voulait rester dans l’espace

De l’immortalité, il regardait la lumière

De l’existence, sa tête ne voulait pas dormir dans une tombe.

Lorsqu’ on s’habitue à un ami poète,

Artiste ou autre, oh  la mémoire

N’accepte pas son départ,

Même si l’ami est virtuel, il devient réel,

 Depuis l’amitié émotionnelle,

  On pleure la mort cruelle,

Et la maladie était incurable.

Un de nos piliers a quitté la vie.

La mémoire visuelle et intellectuelle

Revient, remue, pleure, se révolte,

Puis elle se confie à sa  plume,

Engagée, elle notait, note et notera la souffrance des émois. 

© Fattoum Abidi

13.9.2018



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes