Partagez

Impalpable horizon qu’un seul regard embrasse
Sans nul objet qui sache empêcher de le voir,
Sinon un jugement parfois qui s’en vient choir
Dessus en profanant l’indifférent espace.

Ordinaire folie aliénant la grâce
D’une banale vie autochtone du noir,
Quand l’image se crispe aux dépens de l’espoir
D’un spectateur pensé qu’un simple souffle efface.

Les nuages comme des moutons dans le ciel
Paissent l’air et l’azur qui s’étale sans fiel.
Ouragan esthétique, ogre de l’existence,

Océan de cette aire en apparence à moi,
Que ne puis-je, épuisé par la terrestre engeance,
Trouver en mon esprit à solder cet émoi !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes