Partagez

Une douce chaleur toujours m’envahit,
Quand je lis chacun de vos doux écrits,
Vos mots embaument tant mon esprit,
Tourmentant mon pauvre cœur soumis.

N’est-il pas des instants d’accalmie ?
Où chacune de vos rimes ne me lie,
A une indomptable et honteuse envie,
De vous avoir près de moi mon ami.

N’est-il pas un lieu, voire, un paradis ?
Où chacune de vos rides ne se plie,
Dès l’instant où dans le plaisir je crie,
De vous voir ainsi chasser mon ennui.

N’est-il pas un soin, un remède, une magie ?
Où chaque courbe de votre plume chérie,
Ne viendrait me torturer même la nuit,
Ô mon ami, vous me fascinez, j’en rougis.

INDOMPTABLE © Copyright 2016 Sylvie Badi



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.38 sur 13 votes