Partagez

Insouciance de l’autre côté de la rive,
Mon cœur décline d’une allure vive,
Je sens monter en moi la résistance
D’un jour nouveau, plein de délivrance.

Mon cœur chavire, fait des tours,
Je chancelle, par peur des détours,
Excellence, douce offrande au vainqueur,
Souffrance qui me ronge, elle, mon détracteur…

Insouciance tombe au milieu des fleurs,
Mon cœur, sans défense, pleure,
Errance de mon âme, comme par erreur,
Vient chercher la flamme de mes horreurs.

Égarée, je me sens égarée,
Où trouver le chemin de la vérité?
Éperdument, je te cherche
Toi, qui es tout ce qui me reste…

Mensonge intrépide du monde,
Soif de pouvoir, qui amplifie les rondes
Sournoises, impassibles, le tonnerre gronde
À travers les vignes vagabondes…

Parfum d’insouciance, où es-tu?
Joie de l’enfance méconnue,
Désespérément, je te cherche,
Moi, pauvre coeur d’enfant en détresse…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.75 sur 4 votes