Partagez

La nuit m’alanguit.
Je me languis
Dans l’attente de l’aurore
Qui est loin d’éclore.

Quand feras-tu la levée ?
Quand vas-tu dissiper
Le Voile de la nuit ?
Le retard me nuit.

Dois-je attendre plus longtemps ?
Dans cette veille je me morfonds.
L’Aiguille en ralentit,
M’éreinte et m’anéantit.

Hâte ton pas ô aurore !
Ne tarde pas encore !
Hâte-toi, tu me feras que mon bonheur.
Je t’implore, fais moi cette faveur !

Hâte-toi, car je vais conter fleurette
Depuis une belle lurette
A ma destinée
Nouvelle née.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes