Partagez

             J’AI PARFOIS LE SOUVENIR

J’ai parfois le souvenir de murmures anciens

je cours alors épanoui au vent léger qui m’emporte

vers des paradis lointains, peuplés d’âmes mortes

qui semblent me poursuivre comme un air vénitien!

De trois gouttes de sang, les rapaces à l’affût,

Je renais libre tatoué de symboles en couleur,

veuf de tout inventaire, à l’appel d’une clameur

je deviens amnésique, innocent de ce que je fus!

J’ai cru à l’aube nouvelle des frères magiciens,

au privilège des mots que tout rêveur fait sien.

C’était à l’âge prophétique des tigres en papier

quand il devait faire soleil sur nos crimes expiés!

J’allais mêlant ma voix au printemps des enragés

Adolescent couvert de bleues, en quête de danger.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.89 sur 9 votes