Partagez

22489671_679814355740562_1933789515591535811_n.jpg

Sanglotent les heures au tic tac de l’horloge

Devenues si mornes privées de ta présence

Comment combler ce manque, aussi je m’interroge
Sur le pourquoi des choses qui n’ont plus aucun sens

 J’ai perdu le goût des belles promenades
Ta main prenait la mienne guidant mes pas joyeux
Toute seule, perdue, mon cœur devient nomade
N’a plus de direction, s’essouffle, devenu vieux

 J’ai perdu le sourire qui naissait sur mes lèvres
Quand rougissante d’émoi, j’évoquais nos étreintes
De ces pensées friponnes qui me donnaient la fièvre
Me laissant pantelante, la flamme jamais éteinte

 J’ai perdu l’envie de battre la mesure
Lorsque par hasard, j’entends de la musique
Moi qui aimait danser jusqu’à la démesure
Me voilà raide, tétanisée, telle paralytique

 J’ai perdu l’appétit, moi pourtant si gourmande
Odeur de tarte aux pommes m’indiffère ou m’écœure
Je n’ai faim que de toi, de ta peau en offrande
De ton parfum subtil de musc mêlé de sueur

 J’ai perdu l’envie de tout, me semble t’il
Mes sens égarés ont perdu la boussole
Je me vois condamnée à rester sur mon île
De souffrance et de manque à devenir folle

 Sanglotent les heures au tic tac de l’horloge
Devenues si mornes privées de ta présence
Comment combler ce manque, aussi je m’interroge
Sur le pourquoi des choses qui n’ont plus aucun sens



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 40 votes